Procès de Djemila Benhabib : Jour 1

Une première journée à l’avantage de la défenderesse.

Les Écoles musulmanes de Montréal poursuivent Mme Benhabib pour avoir émis des propos supposément diffamatoires et anti-islamiques et avoir critiqué des versets du Coran étalés sur le site web de la partie demanderesse. L’un de ces versets demande aux musulmans d’éliminer les mécréants en les ébouillantant alors que l’autre promet 72 vierges aux musulmans mâles une fois rendus au paradis. Mme Benhabib a estimé que ce dernier verset avait un contenu éminemment sexiste et qu’il était déplacé de l’enseigner à des enfants, tout comme pour la sourate précédente. Elle s’est déclarée en désaccord à l’époque également avec le voilement des fillettes.

Le procès a démarré en grande hier au Palais de Justice de Montréal avec un témoignage étoffé de l’animateur vedette du 98,5 FM, Benoît Dutrizac. M. Dutrisac a notamment affirmé que l’entrevue accordée à Mme Benhabib en février 2012 était parfaitement justifiée en raison du débat sur les accommodements raisonnables qui faisait rage à l’époque au Québec.

“On n’arrêtait pas d’en parler”, a lancé M. Dutrizac qui a ajouté qu’il avait invité Djemila Benhabib à son émission parce qu’il avait lu l’ensemble de ses livres et qu’il trouvait pertinente l’analyse faite par Mme Benhabib sur la vaste question de l’islam politique et des accommodements raisonnables.

Dutrizac estimait donc qu’il s’agissait d’une question d’intérêt public et que dans le contexte de la Commission Bouchard-Taylor la question du voilement des petites filles et des versets coraniques violents enseignés aux enfants étaient des questions sur lesquelles nous devions nous pencher en tant que société.

“J’ai mes convictions, a ajouté Benoît Dutrizac. J’ai mes principes. Et comme père de famille – j’ai quatre enfants – j’ai de la misère à accepter que l’on instruise des enfants de façon dirigée.” Pour l’animateur de radio, il s’agit là d’un “débat fondamental” dans notre société.

Dutrizac a ajouté qu’il avait reçu à l’époque une mise en demeure des Écoles musulmanes l’enjoignant de se rétracter faute de quoi il serait traîné en justice. Par la suite, les Écoles musulmanes de Montréal n’ont pas mis leur menace à exécution, préférant s’en prendre à Djemila Benhabib, pourvue de peu de moyens financiers pour se défendre. La tournure du procès hier a suggéré que le but de la poursuite était visiblement de faire taire la militante féministe et auteure du best-seller “Ma vie à contre-coran”.

Par ailleurs, le président des Écoles musulmanes de Montréal, M. Ahmed Khébir, a témoigné par la suite en affirmant que les déclarations de Mme Benhabib avaient eu des conséquences “catastrophiques” sur l’institution – financée à hauteur de 400 000$ par le gouvernement du Québec -, créant la panique dans l’école. Les enfants pleuraient, a affirmé M.Khébir, défendu par l’avocat Julius Grey, et les professeurs étaient en colère.

Il a tenté de démontrer, sans succès, que l’école avait perdu des élèves et qu’elle était menacée d’actes de violence, là encore sans pouvoir faire de liens directs entre l’intervention de février 2012 de l’écrivaine Djemila Benhabib et les affirmations avancées par le représentant des Écoles musulmanes de Montréal. M. Khébir a même dû admettre que le port du foulard islamique était obligatoire pour les élèves à partir de la 5e année et pour toutes les petites filles lorsqu’elles se rendaient à la mosquée adjacente à l’école.

Khébir a également été incapable d’expliquer pourquoi le reportage du journaliste Hugo Joncas du Journal de Montréal en février 2015 – qui faisait état de la présence de littérature djihadiste dans la mosquée de l’école – n’a pas fait, lui, l’objet de poursuites en diffamation de la part de son école.

Le procès se poursuit toute la semaine au Palais de Justice de Montréal avec le témoignage attendu de Mme Benhabib, jeudi. La salle d’audience était pleine à craquer hier en raison de nombreux partisans de Mme Benhabib. La cause est entendue par la juge Carole Hallée.

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.