God bless Canada

Les églises sont vides, vous savez pourquoi? Parce que les croyants sont tous en route pour Ottawa. Mine de rien, d’un océan à l’autre, s’est mis en marche le plus gigantesque des pèlerinages, habilement déguisé en campagne électorale. « Monsignore » Turcotte frayant avec « l’Octopus » Dei, les protestants, les juifs et les musulmans, tous unis derrière Stephen Harper, pour que Dieu et ses nombreux commandements, fassent leur entrée au Parlement.

Le cortège est impressionnant. D’un œcuménisme, comme on en voit rarement. Faut croire que cette fois-ci, le jeu en vaut bien la chandelle. Une vague conservatrice, nous prédisent les sondages. Ciel! Vous rendez-vous compte de ce qui se trame? C’est un raz-de-marée évangélique qui nous attend. Un événement sans précédent. Imaginez un peu, ce serait la première fois, dans toute l’histoire du Canada, que les mouvements religieux fondamentalistes, ceux particulièrement militants de l’Ouest canadien, auraient réussi à investir avec autant de succès le gouvernement, dans le but exprès de reconquérir la société civile. Parce qu’ils ont compris que le prosélytisme et le lobbysme, à eux seuls, ne suffisent pas, et qu’il faut dorénavant, occuper les fauteuils du Parlement. Mon dieu, imaginez, la multiplication des pains et des poissons (surtout les poissons!), au lendemain des élections.

Dieu au pouvoir! Et que la théocratie commence! C’est pour cela qu’ils marchent depuis des décennies, partis de l’Alberta, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique, nos anglais faisant élire des députés, des ministres et un Premier Ministre. Stephen Harper, membre de la Christian and Missionary Alliance, une Église évangéliste presbytérienne, Stockwell Day, ministre de la Sécurité, pasteur de l’Église pentecôtiste, Vic Toews, ministre de la Justice, mennonite pratiquant. On se croirait rendu aux Etats-Unis! Même le Québec emboîte le pas avec ses candidats conservateurs chrétiens de droite et sa candidate islamiste du NPD qui partage les valeurs morales du Parti conservateur…. Oui, ils sont de plus en plus nombreux à marcher sur Ottawa, mais on dirait qu’au Québec, personne ne les voit.

LE FÉMINISME : UNE HÉRÉSIE DE FOLLES ALLIÉES

Le plus grand bouleversement social des dernières décennies est sans contredit celui de l’entrée spectaculaire des femmes sur le marché du travail. Une révolution toute tranquille qui n’a pas fini d’en énerver plusieurs, principalement les curés, les rabbins, les pasteurs et les imams, tous ces hommes s’entourant d’hommes, et pour qui la place de la femme est à la maison. La reine du foyer! Lisez le récit de la Genèse et vous y verrez que la pauvre Ève ne va pas souvent à l’université. Elle fait plutôt dans la tarte aux pommes et les bébés, sa spécialité…

La femme, en sortant de chez elle, pour aller ailleurs que chez le coiffeur, a détruit la famille. Divorce, adultère, enfants scotchés devant la télé, et plats surgelés. Sex and drugs and rock’n roll. Voilà tout le désastre, sans compter les hommes qu’on a peints en rose pour qu’ils fassent la vaisselle, en plus de sortir les poubelles. Ces gens apparemment branchés sur le ciel, vous diront que tout ceci est pire que nos jeunes en Afghanistan, pire qu’un jeune en prison à quatorze ans. Imaginez Ève, en pantalon, enjambant les pages et s’échappant du Livre… Depuis ce temps, Ève court partout dans l’espace public, et c’est, paraît-il, la fin du monde. Depuis environ quarante ans.

POUR CONTRER LA RÉVOLUTION FÉMINISTE : DIEU

Et Dieu dit à Moïse, avec les yeux sortis de la tête : « TU NE TUERAS POINT », sauf en Afghanistan, bien sûr. C’était le cinquième commandement, celui qui allait servir contre l’avortement, à Ottawa, en janvier dernier, alors qu’un rusé député conservateur a présenté un rusé projet de loi (C-484) voulant que le meurtre d’une femme enceinte, soit considéré comme un double meurtre, donnant ainsi une personnalité juridique au fœtus, et visant ultimement à recriminaliser l’avortement. Tous les conservateurs, sauf quatre, ont levé la main jusqu’au plafond de la Chambre des communes, si haut qu’ils pouvaient presque toucher au cul du bon dieu. Et moi qui n’étais pas à Ottawa, j’ai regardé mes étudiantes dans ma salle de cours. J’y ai vu des filles, qui étudient et qui travaillent, des filles qui ont des rêves et des ambitions, qui veulent une job, un char ET DES ENFANTS, des filles qui font l’amour comme les garçons. Des filles, tout ce qu’il y a de plus normal.

Faut vraiment ne pas avoir de coeur pour vouloir en faire des criminelles. C’est le monde à l’envers avec vous, chers conservateurs. Vous mettez des enfants en prison, vous mettez des filles qui se sont fait avortées en prison, et pour les autres jeunes, qui sont réglo., vous les « faxez » en Afghanistan. Et vous osez affirmer que les femmes ont détruit la famille!

Evidemment, il n’a pas suffit d’attaquer la liberté sexuelle des femmes, tout comme celle de procréer librement. Encore faut-il qu’Ève retourne dans son paradis terrestre. Pour attendre Caïn et Abel avec des galettes chaudes, lorsqu’ils reviennent de l’école. Voilà pourquoi le gouvernement Harper a renié son engagement de mettre sur pied un programme national de garderies pour n’accorder qu’une allocation mensuelle de $100.00  au parent (devinez qui c’est?) qui reste à la maison. $25.oo par semaine pour faire des galettes et ne pas détruire la famille. Si ce n’est pas appauvrir les femmes et leurs enfants, alors dites-moi ce que c’est? Quant à la grande majorité des femmes qui veulent une job, un char ET DES ENFANTS, faudra choisir. Ou la job ou les enfants. Débrouillez-vous! C’est exactement le genre de politique sociale qui va freiner le taux de fécondité des femmes. Pas très bon pour la famille, M. Harper.

LA RÉVOLUTION FÉMINISTE DOIT SE POURSUIVRE

Les multiples attaques subies par les femmes, lors du premier mandat du gouvernement Harper, doivent nous mettre en garde contre un retour colossal du religieux dans la sphère politique. Appuyer le Parti conservateur, revient à donner une voix aux groupes religieux de tout le pays. Le 14 octobre prochain, il ne faut surtout pas que Dieu bénisse le Canada parce que ce serait catastrophique, en particulier pour les femmes.

Oubliez pour quelques temps votre « nouveau » Châtelaine, parce que les prochaines années s’annoncent difficiles et qu’il va falloir se faire entendre, comme nous l’avons déjà fait, et comme le fait présentement la Fédération des femmes du Québec. Pour ne pas que nos filles vivent la vie de nos grands-mères. Puissent-elles aussi avoir leur propre char… Ainsi soit-il!

Septembre 2008

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Femmes et religions, Laïcité, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.