Pour en finir avec le dix-huitième siècle…

Saviez-vous que le Guide pratique des études collégiales au Québec, édition de cette année, vient de paraître en kiosque et que cette production du Service régional d’admission du Montréal métropolitain ( SRAM ) s’ouvre sur un texte de plusieurs pages, avec en exergue à la page 5 : « ÇA SUFFIT! Nos garçons connaissent un sérieux déficit scolaire et notre société très féministe les néglige depuis vingt ans. La négligence, ça suffit! » Eh bien, pour une publication officielle du Ministère (signé Pierre de Passillé ), le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne fait pas dans la dentelle, le monsieur-spécialiste. Notre société est donc trop féministe à ce qu’il paraît, et ce serait là, la principale raison qui expliquerait le décrochage scolaire des garçons. Elle est bien bonne celle-là.

Il fut un temps où pendant fort longtemps, les femmes étaient considérées comme des enfants qui passent le plus clair de leur temps à jouer à la poupée. Poupée un jour, poupée toujours… Rappelons-nous de ce que Jean-Jacques Rousseau disait dans son traité d’éducation L’Émile : « Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce : voilà les devoirs des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance ». C’était au dix-huitième siècle, me direz-vous. Tout juste ! Et nous y sommes toujours, figurez-vous. Voyez, les femmes ne sont-elles pas toujours plus présentes dans l’éducation des enfants ?  Elles sont partout du matin jusqu’au soir. Partout, enfin c’est ce qu’on veut nous faire croire. Partout, vous dis-je. À la maison comme mères monoparentales, à la garderie comme éducatrices et à l’école comme enseignantes. Tant et tant de petites filles sages et roses et un tant soit peu moins de turbulents et bleus garçons, tous tenus en laisse par une armée de mamans fonfon. Vous en voulez encore ? Partout comme orthopédagogues, éducatrices spécialisées, travailleuses sociales, infirmières et maintenant médecins. Eh oui, maintenant médecins. Pour les soigner grands, mettons. Mais où sont les hommes ? Remarquez qu’ici, je ne peux pas dire : « où sont passés les hommes ? » Des siècles et des siècles, je vous dis. Encore aujourd’hui leur API (aide pédagogique individuelle) ne les oriente pas en garderie. Mais où sont-ils ?  Ben, ils sont à l’ONU, en avion comme président de toutes ces compagnies, parfois à crier sur le parquet de la Bourse, dernièrement à traquer le sniper et à préparer une guerre contre l’Irak, à vendre des chars pis des armes, à organiser la traite des femmes d’Europe de l’est, à devenir premier ministre l’an prochain, à devenir Pape ( bientôt, j’espère ! ) ou Hells Angels Boucher. Pas étonnant qu’il y en ait si peu dans les garderies et au primaire. Des jobs de femmes, de moumounes et pas très payantes en plus. Où sont les hommes ? Ils sont au dix-huitième siècle, les hommes, bien assis devant leur ordinateur. Au dix-huitième siècle.

Parlons franchement, les femmes n’ont jamais cessé de jouer à la poupée. Et c’est probablement  la raison pour laquelle elles apparaissent si peu dans mon Petit Robert des noms propres. Ce qui a fait dire à Freud, par exemple, que demeurant à un stade infantile tout au long de leur vie d’épouse et de mère, de tout temps, les femmes ont peu contribué au progrès de la civilisation. Mais curieusement depuis quelque temps, on reproche aux femmes de trop participer à la civilisation, d’être trop nombreuses mais surtout plus nombreuses à poursuivre leurs études et à décrocher des diplômes. C’est pour vous dire comme les temps ont changé. Il manque 20,000 gars. 20,000 gars qui se sont enfuis sur leur planche à roulettes. Imaginez, il manque 20,000 gars et 80,000 roulettes. Pourquoi donc ? Réponse : parce que les femmes s’en occupent trop. Non, non, ne cherchez pas l’erreur. Ce sont les spécialistes qui le disent et un spécialiste ne se trompe pas sinon il ne serait pas un spécialiste. Voilà que ces dernières semaines, un peu partout dans les médias, plusieurs personnes ont reproché aux femmes de s’être trop occupées des hommes, particulièrement dans leur enfance. Que ceci les aurait cariés et transformés en dents qui puent pour le reste de leur existence et que ceci mettrait en péril non seulement la réussite scolaire des garçons mais rien de moins que leur avenir et celle de leur couple, sans oublier, bien sûr, le bonheur de l’humanité toute entière ! Voilà maintenant que par un étrange revirement des choses, les femmes contribuent au déclin de la civilisation. C’est pour vous dire comme il y en a qui beurre épais. Écoutons maintenant ce que Rousseau nous dit là-dessus dans sa fameuse Lettre à d’Alembert : « Suivons les indications de la nature, consultons le bien de la société; nous trouverons que les deux sexes doivent se rassembler quelquefois, et vivre ordinairement séparés. Je l’ai dit tantôt par rapport aux femmes, je le dis maintenant par rapport aux hommes. Ils se sentent autant et plus qu’elles de leur trop intime commerce; elles n’y perdent que leur mœurs, et nous y perdons à la fois nos mœurs et notre constitution : car ce sexe plus faible, hors d’état de prendre notre manière de vivre trop pénible pour lui, nous force de prendre la sienne trop molle pour nous, et ne voulant plus souffrir de séparation, faute de pouvoir se rendre hommes, les femmes nous rendent femmes ». Mais c’était au dix-huitième siècle, me répèterez-vous. Je sais, je sais. Justement, c’était au dix-huitième siècle, il y a à peine quelques semaines de cela. Ah! ce qu’elles sont maladroites et sottes toutes ces femmes. Pour une fois qu’elles pouvaient contribuer au progrès de la civilisation et elles sont en train de tout saccager. Hiroshima, mon amour. Hiroshima, oui c’est cela! Un tremblement sans précédent. Tenez-vous bien, Eve s’approche de plus en plus de l’arbre, elle est déjà rendue en médecine et va de nouveau croquer la pomme. Cette fois-ci, nous dit-on, il paraît que ça va faire péter la baraque. Non mais qu’est-ce qu’on a à trop s’occuper des enfants et mal en plus. Faut vraiment être culottées !

En terminant, je m’étonne quelque peu des propos alarmistes de certains concernant l’avenir d’Émile et de Sophie. On a prédit le pire; les frustrations, les affrontements, le désarroi. Faut-il prendre ça comme une nouveauté à venir ou quoi ? N’est-ce pas malheureusement déjà le lot de bien des couples dont les femmes ne sont pourtant pas médecins ?  Pour une dernière fois, cher lecteur, je me permets de citer à nouveau quelques passages de L’Émile de Rousseau : «  Il ne convient donc pas à un homme qui a de l’éducation de prendre une femme qui n’en ait point, ni par conséquent dans un rang où l’on ne saurait en avoir. Mais j’aimerais encore cent fois mieux une fille simple et grossièrement élevée, qu’une fille savante et bel esprit, qui viendrait établir dans ma maison un tribunal de littérature dont elle se ferait la présidente. Une femme bel esprit est le fléau de son mari, de ses enfants, de ses amis, de ses valets, de tout le monde. ……Sa dignité est d’être ignorée; sa gloire est dans l’estime de son mari : ses plaisirs sont dans le bonheur de sa famille. ….. Toute fille lettrée restera fille toute sa vie quand il n’y aura que des hommes sensés sur la terre ». Alors que devons-nous craindre maintenant que nous n’ayons jamais craint auparavant ? Allez-y, vous pouvez répéter, surtout les filles, elles aiment ça. Allez, allez  tout le monde : MAIS C’ÉTAIT AU DIX-HUITIÈME SIÈCLE ! Voilà, c’est bien. Il y en a qui commence à comprendre.

Voilà que quarante ans de féminisme n’ont pas réussi à changer les mentalités de toute une population, lettrée ou pas. Quarante ans de féminisme n’auront donc pas réussi à nous sortir du sombre dix-huitième siècle dit des Lumières. Et là, où à l’heure actuelle, sur la question du décrochage scolaire des garçons, plusieurs y voit un malheureux et pitoyable triomphe du féminisme, qu’ils se plaisent à dénigrer allègrement, j’y vois plutôt, non pas un échec, loin de là (n’oublions pas les filles maintenant en médecine!) mais un sérieux et tenace travail à poursuivre pour faire comprendre aux gars et aux filles comme aux hommes et aux femmes que de s’occuper des enfants à la maison, à la garderie et à l’école ou sur une planche à roulettes, que ceci n’est pas rien qu’une affaire de femme, pas plus que c’est d’abord ou davantage une affaire de femme. Ce que les féministes ont toujours répété et qu’elles doivent continuer de faire plus que jamais. Ce que l’on a jusqu’ici identifié comme étant la principale cause au décrochage des garçons, à savoir le féminisme, m’apparaît plutôt ici comme devant faire partie de la solution. Pour en finir avec le dix-huitième siècle … Ainsi soit-elle.

Octobre 2002

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Éducation, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.